L’OR PHYSIQUE PÈSE PLUS QUE L'OR PAPIER

Il existe plusieurs façons d’investir dans l’or : soit vous achetez de l’or « papier », soit de l’or «physique».
L’or papier est acheté sous forme de contrats négociables en Bourse qui reproduisent les performances de l'or physique en indice boursier ce qui permet de spéculer indirectement sur le métal.
Le marché de l’or-papier se compose d’une quantité de différents contrats : les contrats futurs du Comex, les ETF, les swaps sur l’or, le leasing, les contrats forwards, et tout l’or non-alloué émis par les banques de la London Bullion Market Association (LBMA).
L’or papier est un moyen pratique d’investir dans le métal précieux, un outil puissant de spéculation.
Cela ne suffit pas à se mettre à l'abri du risque de crise financière, car cela est basé sur de l'or « non alloué ».
L’or papier présente les mêmes risques que toute action ou indice boursier : son marché est volatil et, en achetant de l’or papier, vous vous exposez ainsi aux risques de défaut/faillite des contreparties émettrices des certificats (banque, gestionnaire de fonds ...).
C’est ce qui est arrivé en septembre 2008, lorsque l'assureur américain AIG a fait faillite alors qu'il était le principal émetteur dans le monde de certificats gagés sur l’or.
Comme il s’agit de la réplication d’un indice (le cours de l’or), le contrat or n’a pas besoin d’être adossé en totalité à un sous-jacent physique en fait il n’existe qu’un très faible pourcentage d’or réel.

Selon plusieurs spécialistes, le marché de l’or-papier pèserait 100 fois le marché de l’or physique.
Donc, si une crise éclatait et que les investisseurs veulent obtenir la livraison de leur or adossé à ce papier, il n’y aura pas assez d’or physique pour satisfaire les demandes.
De grandes banques (Deutsche Bank, HSBC, Barclays) ont été condamnées à verser de fortes amendes pour collusion et manipulation avérée du cours répliqué de l’or papier.
Quoi de plus facile à manipuler que des contrats qui reposent sur des promesses.
On achète de l'or pour se protéger, ce qui n’est pas le cas avec l'or papier qui est lié au système financier.

L’Or physique, une véritable assurance patrimoniale

L’or physique est le seul moyen de protéger ses actifs en pleine crise, c’est une propriété légitime sous forme physique.
Par définition, l’or physique est réel, palpable.
Il s’agit de tous les produits en or que l’on peut stocker ou se faire livrer à son domicile, ou encore avoir recours à un service de stockage sécurisé, hors du système bancaire comme : https://goldsecur.com/stockage-securise
Dans une logique de protection de l’épargne, les produits les plus adaptés sont les pièces d’or et lingots d’investissement, malléable et liquide, l’or est la seule forme de monnaie qui n’a pas été détruite depuis 5000 ans.
Il peut être échangé où que ce soit sur le globe et sa valeur variera peu, car admise universellement.
L’or physique a déjà prouvé durant des millénaires son rôle de protection contre la destruction de valeur.
Par exemple, lors de la dernière crise de 2008-2011, l’or physique a parfaitement joué son rôle de valeur refuge.
Quand tous les actifs boursiers ont dévissé, y compris le cours de « l’or papier », la demande pour l’or physique a explosé.
Ceux qui avaient la bonne idée d’en acquérir avant la crise ont pu éponger les pertes générées par les autres actifs de leur portefeuille.
L’or physique reste le seul actif aurifère constituant une véritable assurance patrimoniale.
Si l’or physique ne rapporte pas d’intérêts, il permet de protéger son épargne à long terme.
Une pièce ou un lingot d’or, c’est du tangible.
Un aspect à ne pas négliger dans un contexte d’incertitudes économiques et d’endettement des États.

Jean-Claude Sensemat, Gestion-Geneen.com
Montréal, 06 juillet 2021